Résultats de l’enquête sur les DDEN-86 (2016-2017)

Résultats de l’enquête sur les DDEN-86 (2016-2017)

Nous avons lancé, à la fin de l’année 2016, une enquête en direction des DDEN de la Vienne (adhérents ou non) à l’Union Départementale. Merci à nos collègues qui ont bien voulu prendre le temps d’y répondre.

Cette enquête s’est présentée sous la forme d’un questionnaire dont le but n’était pas d’aboutir à une photographie des DDEN du département, ce qui aurait supposé une enquête sociologique digne de ce nom, que nous n’avons évidemment ni les outils, ni les moyens méthodologiques de réaliser.

C’est essentiellement sur le vécu des DDEN qu’a porté ce questionnaire, avec comme finalité de dessiner des pistes d’amélioration de nos activités au service de l’Ecole publique.

Nous avons ainsi interrogé nos collègues sur la perception qu’ils/elles ont de leur fonction, sur ce qui les satisfait dans leur activité, mais aussi sur leurs préoccupations et leurs attentes.

40% des DDEN du département ont répondu, par courrier postal ou par Internet, nommément (72%) ou anonymement (27,5%), puisque nous avions convenu de laisser ce choix à chaque DDEN.

Pour présenter la SYNTHESE des réponses que nous avons recueillies, nous avons retenu quatre axes principaux :

  • la FICHE de visite
  • le RESSENTI des DDEN dans leurs activités
  • les souhaits d’ECHANGES entre DDEN
  • les questions d’INFORMATION et de FORMATION.

45% des DDEN ayant répondu exercent leur fonction en milieu urbain ou semi-urbain,

48% en milieu rural ou semi-rural (7% n’ont pas fourni de précision).

Ils/elles sont en fonction depuis en moyenne 4,5 ans environ.

I-FICHE de VISITE

  1. Près de 68% estiment cette fiche utile et assez complète. Précisons que 20% la trouvent néanmoins fastidieuse, certaines rubriques étant jugées difficiles à renseigner et 7,5% la trouvent chronophage.
  1. Mais, au total, 62% pensent que la fiche leur permet de préciser ou actualiser leur connaissance de “leur” école. On peut en déduire qu’un bon 1/3 dispose d’autres moyens de connaissance de l’école.

II-RESSENTI des DDEN dans leur fonction

  • 98% sont satisfaits de leur visite d’école.
  • Le même pourcentage (98%) de DDEN se disent “bien” ou “moyennement” acceptés (respectivement 85% et 12%) par la communauté scolaire.
  • 35% disent avoir des contacts avec l’IEN de leur circonscription. Ces contacts sont inexistants pour 60% des DDEN.
  • 35% se sentent isolés dans leur fonction,
  • alors que 55% n’ont pas ce sentiment, qui est surtout exprimé en milieu RURAL ou SEMI-RURAL (90%!), notamment en présence de RPI et de la complexité qui entoure très souvent ces dispositifs.

III-Souhaits d’ECHANGES entre collègues DDEN

1) 53% souhaitent des échanges renforcés entre DDEN. Là aussi, il semble que ces souhaits s’expriment particulièrement en milieu RURAL et SEMI-RURAL.

  • 45% souhaitent davantage de liens entre DDEN par SECTEUR.
  • 35% souhaitent (aussi) des échanges au niveau DEPARTEMENTAL.

2) Les points sur lesquels les DDEN souhaiteraient des échanges accrus :

  • leur rôle dans les Conseils d’Ecole.
  • Leurs relations avec les représentants de la Commune

(particulièrement dans la phase actuelle de refonte des communes, Intercommunalité, évolution des Territoires, etc.) .

  • Des souhaits (moindres) d’échanges s’expriment aussi autour des questions de relations avec les Parents d’Élèves, de la sécurité (35%), des PEDT (30%), des effectifs, etc.

Toutes ces observations sont naturellement liées à la question de l’Information et de la Formation.

IV-INFORMATION / FORMATION

1) Il apparaît que 62% consultent plus ou moins régulièrement le Site départemental et que 57% le jugent utile.

– 57% consultent le site fédéral et 48% le jugent utile.

– 35% souhaiteraient davantage d’informations ponctuelles ou régulières de l’Union Départementale 86 – ce qui nous oriente vers la question de l’amélioration du Bulletin de l’UD et d’autres formes de transmission et échange de l’information-.

2) 35%souhaiteraient une meilleure formation/préparation à la fonction de DDEN ; le même pourcentage n’exprime toutefois pas d’attente spécifique dans ce domaine.

3) Enfin, 60% se disent prêts à contacter une ou plusieurs personnes susceptibles de devenir DDEN.

En conclusion, cette enquête, qui ne se veut nullement exhaustive, nous permet de mieux connaître les DDEN de notre département, en approchant la façon dont ils vivent leur fonction et ce que sont leurs attentes. Nous espérons qu’elle pourra contribuer à nourrir notre réflexion sur la façon d’enrichir notre rôle au sein de l’Ecole Publique. Vos remarques sont évidemment bienvenues.

Mireille Coirier-Sénamaud